Cobra the space pirate – 03 – Salamandar

Année(s) : Fin des années 1970 (2015-2016 pour l’édition française de Black Box)

Auteur(s) : Buichi Terasawa

Catégorie : Manga – Science-fiction

Genre : Point Godwin

Format : Tomes 4 et 5 (édition Black Box)

Disponibilité : La série est disponible sur Amazon.

Note : Comme il s’agit d’un manga, les extraits se lisent de droite à gauche.

Au bout de pratiquement quatre volumes, le background de Cobra semble bien établi avec son vaisseau Turtle, sa partenaire robotique Lady et son amoureuse policière Dominique; mais dans le troisième arc de sa série, Buichi Terasawa va faire voler en éclat l’univers de son héros en le confrontant à un des deux antagonistes les plus dangereux et iconiques de la série avec Crystal Boy. La partie s’annonce serrée.

Et son nouvel ennemi commence fort en faisant assassiner Dominique par Dobel, un policier cyborg ripoux dissimulant un blaster dans son bras droit, ce qui nous vaudra un duel pour savoir qui de lui ou de Cobra est le plus rapide.

Il ne se contente d’ailleurs pas de tuer Dominique puisqu’il lui arrache ensuite la peau du dos, avec son célèbre tatouage, pour l’accrocher au mur de sa chambre d’hôtel.

Et Cobra a à peine le temps d’encaisser cette mort que son nouvel adversaire fait exploser le Turtle, éparpillant au passage Lady façon mécano.

L’homme derrière ces attaques est le chef suprême de la guilde des pirates dont l’objectif est d’unir toutes les organisations malfaisantes sous son autorité pour conquérir l’univers, un homme doté de vastes pouvoirs psychiques dissimulant son identité sous une armure noire.

Cobra jure de venger Dominique et Lady en tuant Salamandar mais, se doutant qu’il est un trop gros morceau pour lui, fait appel à trois anciens compagnons d’armes pour l’assister.

Le premier est le dernier survivant du peuple mirage, Dog, un tireur d’élite capable de changer d’apparence à volonté.

Le deuxième est Pumpkin, un colosse aussi fort qu’invulnérable que Cobra doit d’abord libérer de la prison de Dave, découvrant au passage qu’une partie du personnel travaille pour la guilde qui se sert de l’établissement carcéral comme centre de recrutement.

Enfin, le troisième est Budd, un être doté d’ailes de chauve-souris et de sens exceptionnels qui, dans un premier temps, décline l’invitation de Cobra car il souhaite laisser son passé criminel derrière lui; mais il change d’avis quand la femme qu’il aime est abattue par la guilde.

Le quatuor réussit à localiser Salamandar et à l’éliminer à la faveur d’un combat auquel il assiste et dont Cobra a pris la place d’un des participants, ce qui lui permet, après une version améliorée du baseball dans l’arc précédent, de s’adonner à un autre sport extrêmement populaire au Japon.

Salamandar abattu d’un tir de psychogun dans la tête, on pourrait penser que l’histoire va s’arrêter là, mais peu après, alors que Cobra et Dog prennent un repos bien mérité à bord d’un train, la guilde tente d’enlever une des passagères, la célèbre Mirale Judd.

Reconnu par deux tueurs de la guilde (une femme inflammable et un homme-singe se faisant passer pour une peluche (Véridique!)), Dog est tué tandis que Mirale est sauvée par Cobra qui apprend ainsi que la guilde comptait mettre son enlèvement sur le dos des chrétiens pour déclencher une guerre de religion galactique entre planètes chrétiennes et elradistes, facilitant ainsi son projet de conquérir l’univers.

Cobra en déduit que si la guilde continue de poursuivre l’objectif de Salamandar, c’est que ce dernier est toujours en vie. Et effectivement, il le retrouve au pays d’Elrad où il a établi son quartier général après avoir assassiné le père de Mirale trois ans plus tôt. Salamandar a même profité du projet de la papesse de placer des statues à l’effigie de la déesse Sid sur l’orbite de milliers de planètes comme symbole de paix et de justice pour les équiper d’armes meurtrières qui lui permettraient d’asservir lesdites planètes.

Grâce à une habile reprogrammation, Cobra amène les statues à se détruire les unes les autres avant d’éliminer le vrai Salamandar, ayant compris que l’homme en armure n’était qu’une image projetée par un cadavre momifié relié à une machine maintenant son esprit en vie et amplifiant ses pouvoirs psychiques.

Et là, si comme moi vous avez découvert Cobra via son adaptation animée, vous vous souvenez sans doute avoir été quelque peu déconcerté par la scène. En effet, alors qu’on voyait clairement que Cobra avait abattu une silhouette dans un fauteuil (nettement assombrie par rapport à l’image originale), il décrivait Salamandar comme un fantôme dans lequel se concentrait les forces du mal. Hé bien, c’est tout simplement parce que la VF avait censuré la véritable identité de Salamandar qui était une vieille connaissance.

Ceci dit, il n’y avait pas que la VF qui avait apporté des modifications par rapport au manga. Ainsi, dans l’anime, Dog n’est pas tué par des assassins de la guilde qui l’ont croisé par hasard mais par Salamandar en personne après avoir également éliminé Pumpkin et Budd. Hé oui, dans l’adaptation animée, Dog couche avec Adolf Hitler travesti en beauté incendiaire!

Mais la plus grosse différence concerne le sort de Dominique. Les fans du manga avaient en effet été tellement attristés par sa mort que l’adaptation animée remplaçait le personnage de Mirale par Dominique dont les souvenirs avaient été modifiés par Salamandar pour d’obscures raisons. Et comme on n’a jamais vraiment vu son cadavre, certains fans continuent d’espérer aujourd’hui encore que son meurtre n’était qu’une mise en scène et qu’elle est toujours en vie quelque part.

Avec ce troisième arc, Buichi Terasawa ne ménage pas son héros en l’opposant à un adversaire apparemment invulnérable dans un scénario qui surprend plus d’une fois le lecteur avec le meurtre de sa bien aimée (Comme la mort de Gwen Stacy en son temps, c’est un choc autant pour le héros que pour le lecteur!), la réapparition de Salamandar qu’on croyait mort et sa véritable identité dont la révélation est préparée par des indices pas toujours subtils (Ses fidèles scandant « Heil, Salamandar! » avec le bras tendu ou l’énorme croix gammée sur la porte de la pièce où réside son vrai corps). Terasawa continue d’enrichir l’univers de sa série en introduisant d’anciens compagnons d’armes de Cobra, ainsi que de nouvelles planètes avec leur lot de décors, machines et créatures insolites aux pouvoirs étonnants. Et il est loin d’avoir fini car, si l’adaptation animée s’était conclue sur cet arc, le manga, lui, n’en est même pas à sa moitié. Mais ceci est une autre histoire …

Verdict?

Illustrations extraites de : Cobra.

Un commentaire

  • Jean-Yves Buathier

    Alors là, je suis scié !
    Bravo pour cet article étonnant !
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *