Délices d’Aphrodite (Les)

Année(s) : 2010-2014

Auteur(s) : David Raphet (Scénario et dessins), Marie Ligier de Laprade (Couleurs tome 2)

Catégorie : Franco-Belge – Erotique, Humour

Genre : Sea, sex and fun

Format : 2 tomes de 46 pages: 1 – Tombée des nues, 2 – Glamour à la plage

Disponibilité : Bien qu’épuisés, les deux tomes peuvent se trouver d’occasion sur Amazon à des prix souvent prohibitifs

Les dieux grecs sont-ils démodés? Dans notre monde moderne, il y a longtemps qu’on les a remplacés par les religions monothéistes pendant qu’eux restaient figés dans l’Antiquité Gréco-Romaine, d’où la nécessité pour eux de se mettre au goût du jour en se tenant au courant des dernière nouveautés. C’est ainsi qu’Aphrodite est envoyée sur Terre pour une remise à niveau par son père Zeus et surtout sa belle-mère Héra qui en avait ras-le-bol de la voir passer ses journées devant sa télé à regarder la version « Feux de l’amour » de la guerre de Troie. Et la déesse de l’amour et de la sexualité va découvrir que ses deux domaines d’activité ont beaucoup changé à l’ère des sex-shops et des sites coquins sur internet.

Première chose à faire, évidemment, trouver un travail et un appartement pour elle et son accompagnateur Cupidon, déguisé en toucan obsédé sexuel pour passer inaperçu.

Deux problèmes heureusement rapidement réglés. Déjà, Aphrodite n’a aucun mal à trouver un emploi de vendeuse dans un magasin de jouets.

Quant à l’appartement, elle en déniche rapidement un en colocation avec trois autres filles, même si la cohabitation est assez houleuse avec Nora Soares, une black aussi rondelette que caractérielle qui passe son temps à la traiter de tous les noms, allant de la classique rime d’escalope au plus exotique ευβυπβωκτοσ.

Il faut dire aussi qu’avec son physique de déesse (logique), son absence alarmante de neurones (ce n’est certainement pas elle qui va améliorer la réputation des blondes) et ses mœurs plus que libérées (même concernant le bondage), Aphrodite représente tout ce que déteste Nora qui est plutôt du genre « coincée mais pas trop ». Heureusement (ou plutôt malheureusement) pour elle, ses inhibitions sautent dès qu’elle boit un peu trop (Traduction: dès le premier verre), ce qui lui a valu de figurer dans le septième volet de « Filles bourrées se lâchent en soirée ».

Inversement, Ki est nettement plus délurée tout en étant un véritable nid à complexes causés par une mère moralisatrice et une petite sœur qui réussit tout mieux qu’elle et ne laisse passer aucune occasion de le lui rappeler, un physique qu’elle juge ingrat avec 1m95 d’absence de poitrine et de hanches exagérément larges (si ça peut la réconforter, elle ressemble à une Rina Akiyama blonde, on a connu pire comme laideron) et même son nom complet, Kimberley Maki Papadopoulos.

Et enfin, il y a Sophie Valette, la plus sensée du quatuor dont elle est la voix de la raison que personne n’écoute et qui s’interroge sur son orientation sexuelle depuis qu’elle s’est réveillée dans le même lit qu’Aphrodite après une soirée aussi costumée qu’arrosée.

Entraînant ses trois collocs dans ses recherches, Aphrodite va donc découvrir les joies du monde moderne: piscine, salons de beauté, réductions mammaires, sextoys, sites de rencontre, speed dating, bals costumés, sextapes…

Pour ensuite prendre des vacances payées par papa Zeus pour s’excuser d’avoir atomisé leur appart lors d’une scène de ménage avec Héra. Vacances aussi méritées que mouvementées durant lesquelles, après divers plans dragues bénéficiant parfois d’un petit coup de pouce des flèches légèrement surdosées de Cupidon …

… mais dont Ki n’a pas besoin pour trouver l’âme sœur auprès d’un jeune vendeur dont on suppose (et surtout espère) qu’il a l’âge du consentement malgré les nombreux gags sur sa jeunesse …

… Aphrodite et ses amies se retrouvent naufragées sur une île naturiste assiégée par une ligue de vertu qui ferait passer la Manif Pour Tous pour la Gay Pride, menée par le justicier masqué Super-Lamorale.

Conçue comme une série de gags en un strip (à l’exception des pages d’introduction et de conclusion) qui se suivent pour raconter deux histoires complètes, Les Délices d’Aphrodite fut une des premières séries publiées par les défuntes éditions Bac@Bd qui connurent hélas rapidement des difficultés financières, au point que le tome 2 fut longtemps repoussé avant de voir finalement le jour grâce au coup de pouce du financement participatif et que cette série pourtant fort sympathique n’alla pas au-delà.

Hilarante, sexy et joliment dessinée, la trop brève escapade d’Aphrodite dans notre monde constitue une lecture savoureuse à ne cependant pas mettre entre toutes les mains car certains gags sont un peu osés mais ne tombent jamais dans l’obscène ou la pornographie. À savourer avec un bon café!

Verdict?

Illustrations extraites de : Délices d’Aphrodite (Les)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *